SauvezKerviel : site sur l'affaire de la Société Générale

L'affaire Jérôme Kerviel et son lynchage médiatique sans précédent...

24 avril 2008

Jérôme Kerviel a trouvé du travail

Jérôme Kerviel a "trouvé" un travail de consultant dans la société de conseil et expertise informatique LCA (basée à Levallois-Perret), et y travaille depuis début avril. Le propriétaire de la société n'est autre que Jean-Raymond Lemaire, expert judiciaire informatique à la cour d'appel de Versailles, qui avait déjà hébergé Jerôme Kerviel quelques jours après la révélation de l'affaire et lui avait déjà fait une proposition d'embauche lors de la fin de se détention provisoire.

La proposition d'embauche n'avait alors pas pu être honorée, compte tenu du contrôle judiciaire stricte imposé au trader, qui l'empêchait d'entrer en contact avec les protagonistes de l'affaire pendant l'instruction, dont Monsieur Lemaire. Cette contrainte a pû être levée suite à une demande de modification du contrôle judiciaire, qui permettait à Jérôme Kerviel d'être en contact avec Jean-Raymond Lemaire (celui-ci ayant depuis été entendu par les juges). Le contrôle judiciaire reste très stricte, avec notamment l'interdiction de quitter l'Ile de France.

Jérôme Kerviel serait encore en formation au sein de cette entreprise. Cette nouvelle réjouit en tous cas tous les partis. Avec l'ironie coûtumière des avocats et qu'il utilise régulièrement, Maître Jean Veil, défenseur de la Société Générale, a déclaré : "Je me réjouis que M. Kerviel ait retrouvé du travail. Ça l'aidera à rembourser la Société Générale"

Par ailleurs, ce retour dans le monde du travail n'empêche pas l'enquête de se poursuivre : Jérôme Kerviel a de nouveau été entendu hier par les juges d'instruction. Les juges attendent également aujourd'hui des éléments sur la poursuite de ses opérations de trading après que ses agissements ont commencé à susciter des interrogatoires par sa hiérarchie, et qu'il a dû produire des faux pour cacher ses positions. Jérôme Kerviel avait signifié à son ami Moussa Bakir, lors de leurs échanges électroniques sur Reuters, que l'étau commençait à se resserer, mais a pourtant continué à prendre des positions : ainsi, il a acheté pour 8,15 milliards d'euros de contrats à terme le17 janvier et 3,09 milliards le 18 janvier en contrats sur l'Eurostoxx et le DAX. Plus de la moitié des opérations du 18 janvier ont été enregistrées après 12 heures, certaines jusqu'à 20 h 15, juste avant son départ pour la Normandie. Soit après avoir envoyé de faux mails pour tenter de justifier, auprès des services de contrôle de sa société, une transaction fictive jugée suspecte.

Posté par SauvezKerviel à 22:04 - Actualités Jérôme Kerviel - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    bonne nouvelle

    Heureuse que Jerôme puisse travailler et d'être bien entouré; cela lui permettra de prendre un nouveau départ

    Posté par west indies, 30 avril 2008 à 19:57
  • Les cachotteries de la SG

    Article en faveur de Jerôme Kerviel sur 'lintegral.over-blog.com':
    I- Pourquoi la position de 50 milliards d’euros n’a-t-elle pas attiré l’attention plus tôt ?
    La Soc Gen se targuait de disposer d’un système de contrôle des risques l’un des meilleurs du monde ! Comment dans ces conditions J.K a-t-il pu effectuer un tel montage dans une banque qui a toujours eu la prétention d’avoir le meilleur système de prévention de risque ? De quoi parle Daniel Bouton quand il disait qu’il ne s’agissait pas d’une défaillance de contrôle des risques ? Et qu’insinue-il par cette solennelle affirmation ? Surtout quand il prétend tout ignorer de l’activité « frauduleuse » de J.K ?
    C’est confirmer tout simplement que le jeune trader constitue à lui seul un camouflet absolu pour les systèmes de contrôle de la Banque !
    Incroyable ! Pourtant nul ne pouvait ignorer l’occupation du jeune trader :
    1- Quand on sait, qu’outre ses supérieurs hiérarchiques, il a dû normalement ‘croiser nombre d’auditeurs et d’inspecteurs. Comment imaginer alors qu’ils n’aient rien vu’ surtout quand ils avancent que les mécanismes et les structures de contrôle de risque sont indépendants du trading ?

    2- Quand on sait que l’équipe de négociation pour compte propre (autrement dit, le groupe des traders spéculateurs sur les marchés à terme pour le compte de la Soc Gen) est encadrée par un responsable et par des professionnels de contrôle de risques ;
    3- Quand on sait que le système informatique permet de voir les positions prises par chaque trader et de dévoiler simultanément l’évaluation des risques opérationnels de marché ou liés à la contrepartie, permettant in fine la transmission du montant global des risques des positions à la commission bancaire ;
    4- Quand on sait que toutes les opérations effectuées sont communiquées au middle et au back-office chargés de la vérification, de l’exécution des transactions et de leur inscription dans les comptes et peuvent eux aussi détecter d’éventuelles aberrations ;
    5- Quand on sait qu’il existe un autre rempart, celui du responsable du contrôle de conformité titulaire d’une carte professionnelle délivrée par l’AMF et qui a pour mission d’informer le gendarme de la Bourse des éventuelles opérations suspectes ;
    6- Quand on sait que le régulateur du marché, à savoir la Banque de France, reçoit l’intégralité des informations de la part d’Euronext ou de l’établissement bancaire lui-même pour les opérations hors marché pour détecter d’éventuelles anomalies de marché ;
    7- Quand on sait que le service allemand chargé de la surveillance des opérations du marché à terme EUREX sur lequel J.K avait pris des positions considérables, notamment les fameux contrats sur le Dax, a bel et bien détecté l’anomalie, alertant aussitôt la Banque, mais sans résultat tangible ;
    Quand on sait en outre, que lors de l’audition du patron du service allemand de surveillance par la Brigade Financière le 10 avril 2008, il s’est avéré que les alertes aux responsables de la Soc Gen datent de bien avant novembre 2007, contredisant ainsi les affirmations de la Banque :
    Et l’établissement allemand s’est inquiété auprès de la SG dés le mois d’avril 2007, à nouveau le 19 octobre, le jour où J.K négocie 6 000 futures pour un montant de 1,2 milliard d’Euros, ce qui justifie leur courrier du 07 novembre au service d’inspection de la Générale, et enfin le 26 novembre, quand ils relancent vainement la Banque française ;
    8- Quand on sait qu’en novembre 2007, l’activité de J.K avec FIMAT, société de courtage, a généré une forte croissance du PNB. Cette dernière, après avoir mené une étude préliminaire interne, s’est inquiétée de la situation auprès de la SG, lui préconisant même une réunion immédiate pour une étude conjointe relative à l’augmentation anormale des volumes d’exécution qui lui étaient confiés. Cette proposition a été jugée prématurée …. ;
    9- Quand on sait que les montants anormaux de commissions de courtage versés à FIMAT et s’élevant à 2,6 millions d’Euros, induits exclusivement par l’activité de J.K, n’ont guère alarmé la SocGen ;
    10- Quand on sait que la vérification comptable effectuée à deux reprises a décelé des anomalies relevées sur le périmètre de J.K ;
    11- Quand on sait que le résultat 2007 déclaré par Kerviel (43 millions d’Euros) est particulièrement élevé eu égard à son activité d’ « arbitragiste » ! (Que dire alors du résultat réel de 1,5 Milliards ?), et ce sans réaction aucune de la part de sa hiérarchie ou des autres responsables de la SG;
    12- Quand on sait que le dépassement par J.K de la limite en risque de marché provenant d’une prise de positions directionnelles overnight sur actions n’a guère affecté sa hiérarchie ;
    13- Quand on sait que l’activité dite « frauduleuse » du jeune trader durait depuis 2005, mettant en jeu des nominaux colossaux tout en engrangeant d’importants gains pour la Banque ;
    Quand en fin de compte on sait, preuves à l’appui, que les positions de J.K dépassaient tout entendement et ne pouvaient être ignorées, et que la Société Générale, par la voix de son maître ou de ses proches collaborateurs, persistait à dire qu’elle ignorait tout jusqu’à l’existence même de ces dépassements, il y a certainement «désordre dans la maison»:
    Vérité donc ? Dissimulation ? Ou mensonge?.... A vous d’apprécier ! et à la Justice de trancher !

    II- Quelles sont les limites admises aux dépassements et la tolérance au-delà de ces limites ?
    Les responsables de la Soc Gen n’ont jamais cessé de rappeler que le « fraudeur » a dépassé les limites de ses obligations, et ce sans préciser le seuil réglementaire et contractuel à ne pas franchir. Et même le procureur de la République Jean-Claude Marin s’est interrogé publiquement à ce sujet. Quant au premier rapport de l’inspection Générale de la SG, il n’en souffle mot. Le second rapport en parle certes,, mais seulement à propos d’une partie de l’activité de J.K affirmant tout simplement qu’ « il n’existe aucune trace formelle de limites fixées par la Banque sur son activité interday ».
    Vérité ? Dissimulation ? Ou mensonge ?.... A vous d’apprécier ! et à la Justice de trancher !

    III- Est-il le seul à prendre des positions dont les montants dépassent les « limites autorisées » ?
    On sait que les pratiques d’engagements élevés étaient habituelles dans les salles de marché et souvent tolérés.
    Dans le cas de la Société Générale, personne n’en veut parler. Et le rapport Green ne se prononce que sur les techniques usitées par les autres traders pour dire que « toutes les recherches et analyses effectuées n’ont pas conduit à identifier d’autres fraudes utilisant des mécanismes similaires », Néanmoins, point d’information relative aux dépassements éventuels effectués par les autres traders. Pourtant, il s’agit d’une question cruciale à laquelle on ne souhaite a priori pas apporter de réponse claire !
    Vérité ? Ou Dissimulation ?....A vous d’apprécier ! et à la Justice de trancher !

    IV- Y-a-t-il eu tentative d’escroquerie ou de caractère aggravé d’abus de confiance ?
    Dans le cas de J.K, ce « terroriste et escroc » comme aimait le qualifier Daniel Bouton, ‘la tentative d’escroquerie ou le caractère aggravé de l’abus de confiance’ n’étaient pas constitués selon l’estimation même des juges en possession de l’affaire. Et les deux rapports de l’Inspection Générale le confirment d’ailleurs, quoique timidement !
    Vérité donc ? Dissimulation ? Ou mensonge ?....A vous d’apprécier ! et à la Justice de trancher !

    V- Y-a-t-il eu usurpation par J.K de codes d’accès informatiques appartenant à des opérateurs, comme le prétendait la Banque lors de l’annonce de la « fraude » aux médias ?

    ABSOLUMENT PAS ! Et les rapports d’audit le confirment en ces termes : « l’investigation d’éventuelles usurpations informatiques commises par J.K n’a pas décelé aucune infraction : les accès indus initialement identifiés n’ont pas in fine été avérés ».
    Accusation grave ayant porté préjudice à J.K, étant reprise par les journaux et médias du monde entier !
    Vérité donc ? Ou Mensonge ?....A vous d’apprécier ! et à la Justice de trancher !

    VI- A-t-il procédé à un détournement de fonds ?
    Négatif ! Les bruits courant à ce sujet se sont avérés sans fondement.
    Ce que confirme sans ambiguïté le rapport Green de l’Inspection Générale en ces termes : « Sur la base des investigations que nous avons pu mener et qui relèvent de notre compétence, nous n’avons pas identifié d’indice de détournement de la part de J.K ».
    Vérité ou mensonge ?....... A vous d’apprécier ! et à la Justice de trancher !
    A suivre…..

    MEDISMA

    Posté par Laura.B, 28 mai 2008 à 20:31

Poster un commentaire







 

© SauvezKerviel.canalblog.com | 2007 | Tous droits réservés