SauvezKerviel : site sur l'affaire de la Société Générale

L'affaire Jérôme Kerviel et son lynchage médiatique sans précédent...

09 juin 2008

Evaluation 2007 de Jérôme Kerviel : un bon trader !

Review_2007_JK

SauvezKerviel s'est procuré le Bilan de l'évaluation 2007 de Jérôme Kerviel : où on se rend compte qu'il était considéré comme un très bon trader, et qu'à aucun moment, il n'est fait mention de ses agissements suspects qui avaient pourtant occasioné 75 alertes internes !

Cliquer ici pour télécharger le Bilan de l'évaluation 2007 de Jérôme Kerviel

Posté par SauvezKerviel à 18:41 - Analyses et faits - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Parfait! six mois après...

    Si c'est du vrai, c'est donc SIX mois après..:
    l’un des comités en avril 07 de comptabilité de la SG a évoqué la question des opérations fictives présumées de Jérôme Kerviel, affirme le Financial Timesdu 11 juin 08.
    On croit REVER
    M. Bouton commence à reconnaître les évidences sur Mediapart.
    Après le témoignage d'EUREX, en Suisse le communiqué SWX avec AMENDE du 2 mai 08 sur les manquements au titre de… 2006 donnait le ton.
    http://www.swx.com/media_releases/online/media_release_200805020729_fr.pdf
    La vérité viendra décidément de l’étranger dont les USA
    http://www.cmht.com/cases_societe_generale.php
    La SG maltraite ses clients, ses actionnaires, la justice, l‘éthique. JeanGuy78 .

    Posté par JeanGuy78, 13 juin 2008 à 18:43
  • J.Kervel n'est pas à l'orgine de la perte de 4,9 milliards

    Le blog 'lintegral.over-blog.com'doute sur l'origine de cette gigantesque perte affirmant notamment:
    En réalité, J.K n'a rien fait perdre à la Soc Gen. Au contraire son gain à fin décembre 2007 s'élève à 1,5 milliards d'Euros.
    Quant à la "perte déclarée de 4,9 milliards", elle résulte du débouclage précipité des positions de Jérôme par un autre trader du Front-office, désigné par les patrons de la Société et sous leur entière responsabilité, et ce dans les pires conditions du marché imaginables.
    Pourquoi Daniel Bouton, lui qui a attendu 5 jours pour dévoiler ce qu'il appelle la "fraude", n'a-t-il pas attendu davantage un environnement de marché meilleur, plus favorable pour déboucler les positions.... ?
    Et la perte réelle enfantée par cette procédure est de 6,4 milliards, représentant 13% du nominal engagé (49 milliards) et non de 4,9 milliards comme déclarée...Enorme !
    Cette gigantesque perte a été édulcorée par la soustraction de 1,5 milliards du bénéfice réalisé par Kerviel en 2007 et ramenée finalement au chiffre de 4,9 !!
    A cette perte rélle de 6,4 milliards s'ajoute celle découlant pour la Banque de la titrisation (Subprime), d'un montant déclaré aux médias mais non formalisé avec précision, de l'ordre de 3,1 milliards d'Euros.
    La perte sèche totale subie par la Société Générale est de 9,5 milliards d'Euros environ. Hallucinant !
    . Pourtant personne ne lance de reproche ou d'accusation aux responsables de l'institution financière pour ces énormes pertes.
    Deux poids, deux mesures ??....

    A Vous d'apprécier! A la justice de trancher!
    Medisma

    Posté par A. Staël, 15 juin 2008 à 18:57
  • Les chasseurs de tête le... chassaient

    On comprend mieux l'appréciation après avoir lu le dernier article de Capital Extraits:
    ...la Société générale a empêché Jérôme Kerviel de partir à la concurrence
    Jérôme Kerviel, ... a failli partir en 2007 travailler à Londres pour la Deutsche Bank : ...du livre de deux journalistes, Mélanie Delattre du Point et Emmanuel Lévy de Marianne, à paraître la semaine prochaine, aux éditions First. Titre : «L’homme qui valait 5 milliards». Sous-titre : «Quand le capitalisme financier devient fou».
    __«Son nom commence à circuler dans les salles de marché de la concurrence. Il est le trader dont le book recèle en effet une ressource rare : 1,4 milliard cash

    ((pS:JeanGuy78: là, je n'ai pas compris, cette valeur n'étant pas dans le domaine public, ou alors c'est un effet de manche journalistique ou c'est un moyen pour démontrer que J.K. avait un intérêt coupable à agir. A propos c'est bien vers l'Allemagne que JK fait ses achats de futures? Avec quelle banque(s)?))
    suite:
    ...Il commence même à attirer, suprême reconnaissance, l’attention des chasseurs de tête»,..;
    __«La banque allemande, ...lui fait alors miroiter une promotion, un poste sur les forward trading. ... Mais en interne, à la Société Générale, on n’a aucune envie de (le voir ) s’en aller. Pierre-Yves Morlat, le chef du trading dérivés actions de la Générale, le retient donc par la manche. Le «petit gars» de Lyon II ...a tout de même réalisé 55 millions de résultats.»
    __Petits calculs imaginaires effectués alors au trading de la Société générale, ... : «Si les 1500 traders du front office faisaient aussi bien que Jérôme Kerviel, la banque ne cracherait pas 5 milliards de résultats, mais 16 fois plus, 85 milliards !». ...
    http://www.capital.fr/actualite/Default.asp?indiscretion=1&numero=69132&Cat=IND
    JeanGuy78 .

    Posté par JeanGuy78, 21 juin 2008 à 02:53
  • JK/soc Gen : Le complice démasqué est innocent !

    JK : Avait-il un complice ?

    Lors de la révélation de l’affaire, les responsables de la banque ont unanimement assuré que JK a agi tout seul, sans complicité interne ou externe. Et c’est cette même idée qui a été suggérée postérieurement par le premier rapport de l’inspection Générale.

    Le 23 mai 2008 coup de théâtre : un second rapport d’audit émanant de la même Inspection verse dans le sensationnel en annonçant avec grand fracas la découverte d’une complicité interne au sein du Middle-office. Ce nouveau ‘rebondissement’ dans l’affaire a fait aussitôt la Une de tous les média : L’auteur du « crime n’a point agi seul mais a bel et bien été aidé dans son ‘forfait’ par un complice faisant fonction d’assistant-trader au sein de l’Institution.

    Et les arguments avancés sont les suivants :

    - le fait que l’assistant-trader ait « enregistré plusieurs flux…..de montants anormalement élevés sans avoir obtenu d’explications valables sur le bien-fondé des transactions et d’avoir saisi 15% de transactions de JK…. » ;

    - le fait qu’il connaisse le montant approximatif du gain réalisé par Jérôme ;

    - et le fait qu’il constitue « un premier niveau de contrôle de l’activité de JK.



    15% des transactions de JK saisies par cet agent ont suffi donc à ses accusateurs pour vouloir le décrédibiliser, forcer son accusation, le servir en pâture aux médias et faire accepter son licenciement pur et simple, quoique son nom n’ait pas été mentionné dans le rapport ! Pourtant cet assistant n’a fait qu’exercer sa tâche.

    Comment expliquer alors que ceux qui ont enregistré les autres « 85% de flux…de montants anormalement élevés, saisis sans explications valables sur leur bien-fondé » en dépit de dizaines d’alertes internes et externes, demeurent exonérés de tout soupçon et exclus de toute connivence avec le trader ?

    Et que dire de ces supérieurs hiérarchiques qui, des années durant (depuis 2005), ont laissé faire, permettant à JK, considéré pourtant comme un simple arbitragiste, de jouer à plusieurs reprises avec des sommes colossales flirtant avec des dizaines de milliards d’Euros ? Sont-ils, eux aussi, exempts de toute complicité ?

    Et le fait de connaître approximativement le niveau de gain du trader constitue-t-il un délit de complicité quand paradoxalement les responsables fermaient les yeux sur l’activité réelle de JK permettant à l’institution d’empocher allégrement ses bénéfices dégagés ?

    A toute cette multitude, l’Inspection reproche tout simplement le fait de ne pas ‘avoir bien surveillé le trader’, voire une ‘certaine incompétence’ ou parfois ‘une tolérance inappropriée’ !!

    Etrange !

    L’assistant-trader, le complice désigné, le premier niveau de contrôle (comme si les autres niveaux importaient peu),

    N’est autre que Thomas A., le plus jeune de la ‘classe’, âgé à peine de 23 ans, licencié en mai pour ‘faute simple’ et déjà entendu et réentendu par la justice en tant que témoin assisté, mais jamais mis en examen, et ce pour la simple raison que les juges ne disposent d’aucun élément prouvant que cet employé ait commis un délit répréhensible!

    Thomas A., ce maillon faible d’une chaîne de contrôle dont les nœuds grossissent au fur et à mesure qu’on la remonte, serait pour les auditeurs de la Soc Gen le complice recherché. Mais qu’ils sachent qu’ils n’ont pas le droit d’user de ce terme à son égard tant qu’ils ne disposent pas de preuves tangibles quant à la participation effective, volontaire et intéressée du jeune assistant au « délit ». Car ce fait n’étant pas qualifié par la justice, c’est pour cette raison qu’il n’est pas poursuivi.



    Jusqu’à preuve du contraire, Thomas A est tout simplement innocent !

    Deux poids, deux mesures ! A vous d’apprécier ! A la Justice de trancher !
    Medisma

    Posté par Didier S., 28 juin 2008 à 02:07
  • Article du FT du 10 juin 2008 : la SG connaissait-elle dès avril 2007 l'existence d'opérations fictives ?

    Un article publié le 10 juin 2008 sur le site du Financial Times, intitulé " Kerviel case raises difference between virtual and fake trades " http://www.ft.com/cms/s/0/05f86082-3713-11dd-bc1c-0000779fd2ac.html?nclick_check=1 évoque la connaissance par la SG dès le mois d'avril 2007 de l'existence d'opérations fictives utilisées par Jérôme Kerviel.

    Les auteurs de l'article, Scheherazade Daneshkhu et Ben Hall affirment tout de go que la Société Générale savait depuis le mois d'avril 2007 que Jérôme Kerviel utilisait des opérations fictives bien avant que la perte de 4,9 milliards d'euros soit révélée en janvier 2008. Les journalistes s'appuient sur un document détenu par la justice, suite à l'interrogation d'un des contrôleurs de la SG, Vincent Guyot.

    Cela n'a rien d'un scoop. Il suffisait de lire le rapport du Comité Spécial de la Société Générale du 20 février 2008 pour le savoir. En effet, parmi les 74 alertes listées, deux évoquaient ce point.

    Il en est fait référence dès la première édition du livre "Fraude à la Société Générale ? Compléments d'enquête", en page 40 :

    "Dans la liste des alertes du rapport du Comité Spécial, en page 16, un contrôle de réconciliation du résultat entre le front et le back-office fait apparaître en avril 2007 un écart résiduel front-comptabilité de 94 MEUR (millions d’euros) causé par 3 futures sur l'indice DAX ... Une alerte liée à ce sujet aurait également été formulée à l'occasion du comité comptable (ACFI/ACR/FCO, service de la Direction Financière) sur l'utilisation de futures et forwards fictifs justifiés par des warrants knockés. Un warrant knocké signifie qu’il peut expirer avant la date d’expiration prévue si le cours du sous-jacent atteint une certaine limite."

    Il s'agit bien de la même chose que ce qu'évoque le FT. L'existence d'opérations fictives, le fait que cette question soit abordée lors d'un comité en avril 2007.

    Rien de nouveau par conséquent. Les contrôleurs se sont contentés des explications fournies par JK, le rapport de la SG de février 2008 l'indiquait bien également. Il s'agirait plus d'incompétence et de naïveté que de connaissance réelle de l'existence d'opérations fictives permettant de masquer des opérations non-autorisées, en tout cas à ce moment-là de 2007.

    Le livre aurait néanmoins pu relever que l'existence d'opérations fictives ne semblait pas choquer grand monde finalement.. Une remarque analogue figure cependant dans le livre sur l'analyse de la chronologie de la découverte de la fraude en janvier 2008.

    Posté par Olivier Fluke, 07 juillet 2008 à 18:51

Poster un commentaire







 

© SauvezKerviel.canalblog.com | 2007 | Tous droits réservés