SauvezKerviel : site sur l'affaire de la Société Générale

L'affaire Jérôme Kerviel et son lynchage médiatique sans précédent...

21 juin 2008

L'homme qui valait 5 milliards - tout ça pour ça !!

L_homme_qui_valait_5_milliards

Le 19 juin est sorti un nouveau livre sur l’affaire de la Société Générale, écrit par Mélanie Delattre, journaliste du Point et Emmanuel Lévy, journaliste de Marianne, et intitulé «L’homme qui valait 5 milliards, Quand le capitalisme financier devient fou».

Le pitch du livre annonce fièrement que, en plus de compiler les différents éléments de l’affaire, les journalistes ont mené une vraie enquête, jusqu’à rencontrer les principaux protagonistes de l’affaire, dont le principal intéressé, Jérôme Kerviel.

Comme l’indique le sous-titre, il s’agit donc d’une démarche d’investigation qui ne s’attache pas à la personnalité seule du trader, mais à une description du contexte du monde du trading qui explique pour tout ou partie qu’un employé presque modèle ait pu prendre des positions qui allaient au-delà de ses autorisations, avec l’assentiment tacite de sa hiérarchie, et que le débouclage de ses positions par les traders de la banque aient engendré la catastrophe que l’on sait.

Tout ça pour ça pourrait-on dire à la lecture de cet ouvrage ! Car si ce livre s’appuie sur des éléments précis et documentés, il n’apporte hélas rien de bien nouveau par rapport à ce que nous savions déjà tous, pour peu que nous ayons pris la peine de suivre l’actualité de l’affaire au jour le jour. La rencontre avec Jérôme Kerviel, médiatiquement intéressante, n’a pas permis aux journalistes d’éclairer l’affaire sous un nouveau jour. Les entretiens avec des traders n’ont pas servi non plus à apporter des points de vue différents. Un  nouveau coup de marketing et de communication, bien orchestré, mais qui risque bien vite de faire "pschittt"!

Seul un élément nouveau, savoureux certes, vient corroborer ce que nous savions déjà, à savoir que Jérôme Kerviel était considéré en interne comme un bon trader, et que sa réputation avait commencé à dépasser les murs de la tour de la Société Générale à la Défense. Ainsi les journalistes racontent que Jérôme Kerviel avait été chassé par la Deutsche Bank à la fin de l’année 2007, mais que la Société Générale avait agi de façon à garder son futur bourreau parmi les siens. Cet épisode montre ainsi pourquoi, obnubilée par l’appart du gain, la banque a fait fi des 75 alertes du contrôle interne qui la mettaient en garde contre les agissements de son trader vedette. Extraits du livre :

«Son nom commence à circuler dans les salles de marché de la concurrence. Il est le trader dont le book recèle en effet une ressource rare : 1,4 milliard cash. Il commence même à attirer, suprême reconnaissance, l’attention des chasseurs de tête…La banque allemande, lui fait alors miroiter une promotion, un poste sur les forward trading. Il passe des entretiens. Mais en interne, à la Société Générale, on n’a aucune envie de voir «Monsieur 1,4 milliard d’euros» s’en aller. Pierre-Yves Morlat, le chef du trading dérivés actions de la Générale, le retient donc par la manche. Le «petit gars» de Lyon II (L’université où Kerviel a fait ses études d’informatique) a tout de même réalisé 55 millions de résultats…Si les 1500 traders du front office faisaient aussi bien que Jérôme Kerviel, la banque ne cracherait pas 5 milliards de résultats, mais 16 fois plus, 85 milliards !».

Toutefois, les journalistes ne mènent pas leur analyse jusqu'au bout, à savoir qu'il n'y a pas de quoi s’extasier devant cette tentative de débauchage : moyen de recrutement privilégié dans la catégorie Cadres Supérieur, il s’agit d’une pratique courante qui ne révèle pas nécessairement une aura particulière de Jérôme Kerviel dans le monde du trading : il se peut juste que le nom de Jérôme Kerviel ait été communiqué par un de ses collègues à un chasseur de tête, événement qui se produit chaque jour des centaines de fois pour des centaines de clients. Quant au calcul de la Société Générale sur le 85 milliards, imaginé par les auteurs, c'est une plaisanterie et ça ne peut que susciter ricanement de ma part !

Posté par SauvezKerviel à 10:06 - Livres - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Précision sur les 1,4 milliards d'euros

    Une citation du livre appelle un commentaire :

    « Son nom commence à circuler dans les salles de marché de la concurrence. Il est le trader dont le book recèle en effet une ressource rare : 1,4 milliard cash. Il commence même à attirer, suprême reconnaissance, l’attention des chasseurs de tête…La banque allemande, lui fait alors miroiter une promotion, un poste sur les forward trading. Il passe des entretiens. Mais en interne, à la Société Générale, on n’a aucune envie de voir «Monsieur 1,4 milliard d’euros ».


    Ou bien les auteurs du livre parviennent à démontrer que le résultat à fin 2007 de 1,4 MdE était connu et dans ce cas tous les rapports de la SG de février et mai 2008 sont faux et les opérations dissimulées étaient bien connues de la SG. Ou bien il conviendrait de remplacer 1,4 MdE par 55 millions d'euros (selon JK, 43 selon la Société Générale), ce qui est le résultat déclaré par JK à fin 2007.


    Mais le sujet est techniquement difficile, et probablement que tout livre puisse également comporter des imprécisions.

    Posté par Olivier Fluke, 07 juillet 2008 à 18:40

Poster un commentaire







 

© SauvezKerviel.canalblog.com | 2007 | Tous droits réservés