SauvezKerviel : site sur l'affaire de la Société Générale

L'affaire Jérôme Kerviel et son lynchage médiatique sans précédent...

12 juillet 2008

Trader : L'affaire Kerviel ou la folie du système financier - Une lecture utile

william_emmanuel

Critique d'un des fidèles lecteurs du blog, Vincent, que je remercie beaucoup !

A l'opposé d'un "coup" journalistique, « Trader : L'affaire Kerviel ou la folie du système financier » de William Emmanuel (Editions du Toucan), consacré à l'affaire Kerviel rappelle les événements sans sensationnalisme et défend un point de vue très engagé et basé sur une connaissance des faits approfondie.

Le récit au jour le jour de l'affaire Kerviel est haletant, je n'ai réussi à fermer le livre que parce que... mon train arrivait à destination ! L'auteur base ce récit à la fois sur des entretiens personnels et des articles de journaux. Il rappelle l'arrière-plan sociologique, sans lequel on ne comprend rien à l'affaire : issu de l'université et d'un milieu relativement modeste, employé au départ dans le middle-office, Jérôme Kerviel appartenait à une sorte de prolétariat de la salle de marché dominée par des gens issus des grandes écoles et d'extraction middle-class. Le désir d'être reconnu, une sorte de rébellion individualiste, explique sans doute en bonne partie son attitude.

La thèse de fond du livre ressemble à celle du blog SauvezKerviel à savoir que la fuite en avant de Jérôme – et en fin de compte, sa faute - n'ont pu exister que dans un contexte qui les favorisait au moins de façon implicite. Et ce "contexte", c'est la politique de la Société Générale qui, basée sur une recherche du profit maximal, avait tendance à privilégier les activités les plus risquées et à tenir les contrôles pour quantité négligeable. Un peu comme si à force de vouloir aller le plus vite possible dans le rallye auquel elle participe, une écurie automobile négligeait de vérifier la pression des pneus au moment du départ, puis reprochait la chose au mécanicien le lendemain de l’accident…

Le cabinet d’avocats new-yorkais qui a engagé une action collective contre la Société Générale affirme d’ailleurs dans sa plainte : « La Société générale a laissé fleurir une culture du risque qui s’est révélée contraire aux intérêts de ses actions » (cité p. 113). Qu’en termes simple et précis ces choses-là sont dites…

Le sous-titre du livre montre cependant que son but dépasse la simple critique d’une politique d’entreprise : "L'affaire Kerviel ou la folie du système financier" ; c'est moi qui souligne le "ou" car c'est un "ou" d'équivalence : oui, l'affaire Kerviel est la folie des marchés, pris de façon globale.

L'épilogue rappelle le caractère délirant de cette bulle financière qui plane au dessus de nous, de ces produits financiers de plus en plus sophistiqués, auxquels même les agences de régulation et les banques centrales semblent ne pas tout comprendre, et qui menacent notre avenir économique et au-delà, notre avenir tout court.

Par exemple, les actions échangées annuellement dans le monde ont représenté 840 milliards de dollars en 1980 et69 800 milliards en 2006, soit une multiplication par… 80 en 26 ans. L’encours global des produits financiers dérivés se monte aujourd’hui à 45 000 milliards de dollars (chiffres cités p. 24 et 125, respectivement) ! Le livre se conclut par un souhait, que nos dirigeants reconnectent le monde financier avec l’économie réelle.

Par ailleurs, l’auteur consacre un chapitre entier à l'histoire de la Société Générale, comparée à une « vieille dame », comme la Juventus de Turin en Italie ! L’auteur en retrace ainsi les grandes étapes, depuis sa fondation sous le Second Empire à aujourd'hui, en passant par les emprunts russes, la période de l’après-guerre et la nationalisation, puis en 1987 la privatisation et ses "noyaux durs", et les rapports tumultueux avec la BNP. Ce flash-back historique constitue une valeur supplémentaire peu commune dans un livre journalistique.

Albert Londres disait que le travail du journaliste était de porter le couteau là où ça fait mal. A mon sens, c’est exactement ce que fait William Emmanuel. C'est pourquoi « Trader : l'affaire Kerviel ou la folie du système financier » est une lecture à conseiller.

Posté par SauvezKerviel à 12:51 - Livres - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







 

© SauvezKerviel.canalblog.com | 2007 | Tous droits réservés