SauvezKerviel : site sur l'affaire de la Société Générale

L'affaire Jérôme Kerviel et son lynchage médiatique sans précédent...

13 octobre 2008

Les commissaires aux comptes de la Société Générale convoqués

jkerviel

C'est donc aujourd'hui qu'a lieu l'audition des Commissaires aux Comptes (Deloitte et Ernst & &Young) par les magistrats chargés de l'enquête, Renaud Van Ruymbeke et Françoise Desset. Rappelons que cette audition demandée par Jérôme Kerviel et ses avocats était initialement prévue le 22 septembre.

La défense de l'ancien trader tente de démontrer que ses opérations avaient été validées en comptabilité, ce qui selon eux, démontrerait une acceptation tacite de la hiérarchie de la banque, voire une complicité active.

Cette confrontation a été l'occasion, pour une des avocates de Jérôme Kerviel, Maître Caroline Wasserman, de faire valoir de façon anticipée un certain nombre d'arguments afin de préparer l'opinion publique à d'éventuelles révélations.

Ainsi, on a appris que Marine Auclair, une responsable du "Middle résultat" avait adressé le 16 avril 2007 un mail à sa hiérarchie (Maia Miori-Otal) et à plusieurs contrôleurs financiers en s'interrogeant sur un montant de 94 millions d'euros non-justifié en comptabilité.

Le JDD (Journal du Dimanche) cite le mail : "Ce mail pour vous informer que nous avons 88 Mios d'euros d'écarts FO/CO [c'est-à-dire entre ce qu'annonce le trader et le résultat comptable] sur trois futurs dax juin du gop 2A [produits achetés sur le marché allemand, le Dax étant l'indice de la Bourse de Francfort. Le gop 2A est le centre opératoire de Jérôme Kerviel] et 6 Mios d'euros sur un forward booké [produit négocié de gré à gré] face à Click Option au 30/03/2007"

Ce montant aurait finalement été validé en comptabilité après juste une réunion de service et un entretien avec le trader (en présence de Vincent Guyot, contrôleur financier et Sébastien Lombard, responsable de l'équipe "Risq"), où celui-ci aurait révélé l'existence de transactions fictives.

Négligence coupable ou complicité active de la part de la banque ? C'est à cette question que les juges d'instruction devront apporter une réponse, après s'être forgés une conviction. Mais il apparaît de plus en plus que Jérôme Kerviel n'a pas eu  beaucoup de difficulté à dissimuler ses opérations fictives, et même que sa hiérarchie les avait acceptées.

Toutefois, les montants en question (94 millions d'euro, si ce mail de Marine Auclair était avéré) semblent relativement faibles, et en tous cas, sans commune mesure avec les montants en jeu par la suite, et jusqu'au début de l'année 2008. En avril 2007, le montant non justifié passe de 94 à 142 millions d'euros pour atteindre 2,2 milliards d'euro début juillet 2007. A chaque fois, les explications fournies par Jérôme Kerviel, faisant suite à des dizaines de mails alarmistes, semblent satisfaire sa hiérarchie, qui enregistre toutes les opérations fictives en comptabilité.

Les juges devront donc évaluer si cet enregistrement en comptabilité de 94 millions fait de la banque une complice objective de Jérôme Kerviel, à qui elle aurait ainsi donné un "blan-seing" pour qu'il continue ses opérations.

Dans la foulée de cette audition, les avocats de Jérôme Kerviel n'ont pas manqué d'intégrer l'argument de la crise financière dans leur stratégie de défense :

Ainsi Maître Bernard Benaïem a déclaré : "Ce que nous disons, c'est que de façon évidente, et aujourd'hui la crise financière vient le confirmer, il y a un système qui existait et il ne faut pas que des lampistes, tel que Kerviel, soient les seuls a supporter les conséquences de cette crise financière".

Maître Eric Dupond Moretti a également déclaré : "Kerviel, c'est un élément parmi tant d'autres et la crise d'aujourd'hui démontre à l'évidence qu'il est un tout petit pion. Si j'avais du cynisme, je vous dirais que cinq milliards, à l'égard de ce qu'on a vu la semaine dernière, c'est peu de choses".

Sous-entendu, la course aux profits, qui a provoqué la crise des subprimes, a mis en place les conditions qui ont fait que Jérôme Kerviel a pris des positions au-delà de ce qui était autorisé.

Mais, ce qui me semble fallacieux, hors de propos, et pour ne pas dire une lourde erreur de la part des avocats de la défense de Jérôme Kerviel, est l'argument qui consiste à dire que 5 milliards d'euro, ce n'est pas grand chose au regard du désastre financier actuel. Certes, en relatif, c'est une part marginale. Mais 5 milliards, dans l'absolu, c'est beaucoup, et en plus, cette phrase maladroite sous-entend que Maître Dupond-Moretti admet d'une certaine façon la culpabilité de Jérôme Kerviel !

Est-ce parce que mon voisin fraude que j'ai le droit de frauder ? Non!

Ce lapsus (?) de Maître Dupond-Moretti est édifiant pour un avocat de cette envergure. Car, depuis le début, la défense de Jérôme Kerviel consiste à dire que ses agissements étaient admis par sa hiérarchie, et non que sa faute était légère en relatif, dans la mesure où la banque avait commis une faute encore plus lourde avec les titres Subprimes.

Notons enfin qu'une seconde confrontation avec les Commissaires aux Comptes est prévue le 21 octobre.

Posté par SauvezKerviel à 15:24 - Analyses et faits - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

    merci

    Merci à celui qui tient ce site de continuer ce travail bénévole de collecte d'informations. C'est toujours passionnant et percutant.J'attends avec impatience "l'épluchage des comptes ",qui permettra de mieux savoir qui a fait quoi.Bon courage pour continuer cette recherche du vrai ...et du juste, et encore une fois,merci. F.R.

    Posté par F.R, 14 septembre 2008 à 22:34
  • L'affaire n'est plus dans le sac

    Souvenons nous il y a quelques mois la presse a même laissé entendre que les juges en avaient terminé. Ce n'est plus le cas de fait.
    Ailleurs qu'en France on chercherait à pouvoir accepter des étrangers y compris des français dans une class action US lien
    http://www.csgrr.com/csgrr-cgi-bin/mil?case=socgen&templ=cases/mailing-list.html
    Les surprises sont bien à venir, la valorisation de l'action n'en étant plus une. JeanGuy78 .

    Posté par JeanGuy78, 16 septembre 2008 à 04:10
  • pour votre info

    Autorité des marchés financiers
    17, place de la Bourse
    75082 PARIS CEDEX 02

    RAR le mardi 7 octobre 2008

    Objet : plainte pour non respect de conditions, non respect de brochure et pour manipulation de cours.

    Monsieur,
    A ce jour je n’ai eu aucune réponse a mes précédant courrier.

    Les faits depuis plusieurs mois je travaille les valeurs indicielles SGAM ETF XBER (B X 4) et SGAM LEVERAGED. (L 40)
    La brochure indique
    SGAM ETF XBER exposition inverse à l’indice jusqu'à 200 %
    SGAM LEVERAGED jusqu a 200% de l’indice.
    Or depuis longtemps la société générale émettrice ne respecte pas les indications de leurs brochures.

    Exemple :
    Ce jours le CAC a été en hausse de +0.20%
    sgam leveraged moins -4.14% soit 20 fois a l’envers des indications la brochure.
    sgam etf xber plus +1.72% soit 9 fois a l’envers des indications de la brochure.

    Ce jour le CAC a été en hausse de +3.13% sgam leveraged moins -1.73% soit 2 fois moins que l’indice
    Sans parler des heures d’ouverture qui vari jusqu'à 10heur 45 mn.

    Vous pouvez le constater sur les saisies d’écran en pièces jointes.

    D’autre saisie d’écran des jours précédents. Je dispose d’autre saisie si cela est nécessaire.
    .
    Depuis plusieurs semaine ces manipulation mon empêche de sortir et me font perdre en latente 10000 € environs.

    En espérant avoir une suite à mon courrier, Veuillez agréer, monsieur, l'expression de mes sentiments distingués.







    Pièces jointes sur CD :
    Brochure SGAM ETF XBER
    Brochure SGAM LEVERAGED
    Saisie d’ecran

    Posté par broyedarda, 13 octobre 2008 à 12:24
  • la guerre des jeux

    la société générale victime de la guerre des jeux ?
    qu'en pensez vous ?

    Posté par aipjh, 13 octobre 2008 à 19:17
  • Kerviel coupable Bouton responsable

    Kerviel est évidemment "présumé" coupable.
    Mais sa hiérarchie l'est tout autant. On hésite entre incompétence totale ou complicité. L'enquête nous le dira.
    Et que dire de Daniel Bouton? Un patron voyou entre l'affaire du Sentier(part 1 et 2) et le dernier éclat en date avec 1.3 millions d'euros gagnés légalement mais sans aucune éthique.
    Il n'a franchement aucune leçon à donner à quiconque.

    A la limite, le délire de Kerviel est plus compréhensible et humain que l'immoralité du président de la Société Générale.
    http://cpolitic.wordpress.com/2008/04/16/kerviel-spaggiari-le-meme-talent-30-ans-plus-tard/
    En hommage à Jérôme Kerviel, l'affiche parodiée de l'Affaire Spaggiari, "Sans Arme, Sans haine et sans violence"

    Car à l'époque, le casse avait déjà eu lieu dans une... "Société générale"

    Amusant non?

    Posté par emachedé, 13 octobre 2008 à 21:48
  • Essence du vrai

    Et si l'affaire jérome kerviel n'était que peu de chose dans la déroute mondiale de la finance.
    Sans doute que le PDG de l'époque à la SG n'avait pas encore décelé ce qui allait arriver...Ce ne serait qu'une fois de plus bien entendu.
    Merci à celui qui tient ce site.

    Posté par john, 14 octobre 2008 à 11:36

Poster un commentaire







 

© SauvezKerviel.canalblog.com | 2007 | Tous droits réservés